Αναζήτηση αυτού του ιστολογίου

Σάββατο, 1 Αυγούστου 2020

L'histoire d'un évêque du Mont Athos :





L'histoire d'un évêque du Mont Athos :

Je vais vous raconter une histoire sur la façon dont je suis devenu moine au Mont Athos, dans le monastère d'Ilinsky. Non loin de ce monastère, se trouve un endroit où vivent des déserteurs, il s'appelle Kapsala. Il y a, probablement, une quarantaine de cellules, qui sont situées dans la forêt, dans chacune d'elles vivent environ quatre ou cinq moines. Une fois, j'ai célébré les vêpres lors de la Fête de l'Exaltation de la Croix du Seigneur. Lorsque je suis allé à l'Église, j'ai rencontré un vieux moine beau, très simple, mais bien habillé. Tous ceux qui se trouvaient dans le temple s'approchaient de lui et lui demandaient sa bénédiction. Je pensais que c'était un prêtre. Lors du canon, il est venu à l'autel et m'a demandé de le confesser. J'ai accepté. Quand il a commencé à se confesser, il s'est avéré qu'il était évêque. Un peu plus tard, je lui ai proposé de servir ensemble, mais il a refusé et m'a dit qu'il ne servait plus, parce qu'à son arrivée sur la Montagne Sainte, il a été tonsuré dans le grand schéma et maintenant il n'est que moine, bien qu'il ait le rang épiscopal.

Le lendemain de la Divine Liturgie et du repas, il a demandé la permission de rester au monastère pour quelques jours. Nous avons commencé à parler, et je lui ai demandé de me parler de lui. L'évêque a répondu :

"Ma vie est identique à celle de tout le monde. Je suis un pécheur, je continue de pécher et d'essayer d'arrêter."

Puis je lui ai demandé : "Comment se fait-il que vous, évêque, soyez sur l'Athos ?"

Et il m'a raconté ce qui suit :

J'ai étudié à la faculté de théologie d'Athènes et j'étais le meilleur étudiant du cours. Lors des cérémonies de remise des diplômes, le Patriarche d'Alexandrie, qui ce jour-là a adressé un discours de bienvenue aux diplômés et décerné les diplômes d'enseignement, a demandé à l'archevêque grec : "Je veux que ce jeune prêtre enseigne dans mon séminaire. L'Église d'Alexandrie se meurt, nous avons besoin de personnes instruites pour aider l'Église." Ils ont discuté, et pendant trois ans, je suis allé à Alexandrie. Mais au lieu de trois, j'ai passé dix ans à Alexandrie, et j'ai été ordonné évêque. Des années ont passé, et un soir d'hiver pluvieux et brumeux, après avoir donné une autre conférence à l'Université d'Aristote, sur le chemin du retour, j'ai eu un accident de voiture. L'ambulance m'a conduit à l'unité de soins intensifs. Quand je suis revenu à moi, les médecins m'ont dit : "Vous avez eu un grave accident. Nous devons vérifier si votre cerveau est endommagé." J'ai alors demandé à appeler un prêtre. Il s'est avéré que dans le même hôpital, un saint moine, qui venait me rendre visite, a également été traité. Il était petit et très sale. Je me suis confessé à lui, et il s'est soudain mis à dire que je devais cesser d'être une personne aussi prétentieuse et d'aller sur la Montagne Sainte pour devenir un vrai moine. Je devais, disait-il, arrêter de voyager à travers le monde et prétendre être un homme important. J'étais très en colère contre lui et je l'ai chassé du service. Mais cette histoire est restée longtemps gravée dans ma mémoire. D'une part, j'étais tellement en colère que j'ai ressenti une douleur au cœur. D'autre part, j'ai réalisé que ce dont parlait ce moine était la vérité que je ne voulais pas entendre.

Au bout d'un certain temps, j'ai été libéré, et le Patriarche Œcuménique s'intéressait déjà à moi. Il m'a invité à un événement, où j'ai dû m'adresser au public avec un discours de bienvenue. Mais dès que j'ai pris la parole, j'ai fait une crise cardiaque. 

Je suis tombé, j'ai renversé la table et on m'a de nouveau emmené aux soins intensifs. À l'hôpital, je m'évanouissais régulièrement et les médecins devaient soigneusement s'occuper de moi. Et, étant entre la vie et la mort, j'ai prié : "Mère de Dieu, si Tu me sauves maintenant, je Te promets que j'irai au Mont Athos et que je passerai le reste de ma vie à me repentir." La Mère de Dieu m'a sauvé, mais je ne suis pas allé sur la Montagne Sainte. Je suis venu voir le Patriarche et je lui ai dit :

"Vladyka est un saint, j'ai promis à la Mère de Dieu d'aller sur la Montagne Sainte. Laissez-moi y aller."

Le Patriarche m'a dit : 

"Oui, tu es juste en plein délire - tu sais jamais ce que tu promets ! Tu es vivant, alors ne t'inquiète pas."

J'ai commencé à implorer le Patriarche, mais il m'a répondu :

"Tu dois obéir à l'Église. L'Église a fait de toi un évêque, obéis et travaille."

Chaque année, j'apportais mes pétitions au patriarche, mais il ne me laissait pas partir. Et un jour, alors que j'en avais clairement assez de lui, il m'a dit :

"Je te donne trois ans de plus, élabore-les, et ensuite tu iras sur la Montagne Sainte."

Trois ans plus tard, j'y suis allé. Je ne connaissais rien de la vie monastique. J'étais un évêque corpulent avec des mains douces et tendres. Je portais de belles chaussures italiennes avec une semelle fine et une soutane en soie. Et sous cette apparence, un jour, j'ai marché sur la terre de l'Athos. À Daphni, j'ai été accueilli par des moines et on m'a demandé :

"Vladyka, pour qui es-tu venu?"

Je leur ai répondu :

"Je cherche un moine", et je leur ai décrit le petit homme sale en noir qui m'a rendu visite à l'hôpital.

Les moines ont commencé à m'interroger :

"Quel est son nom ? Où vit-il ?"

Mais je ne savais rien de lui et je leur ai seulement dit une fois de plus à quoi il ressemblait. ils m'ont répondu :

"Tout le monde ressemble à ça sur la Montagne Sainte."

J'étais bouleversé, il fallait que je retrouve le moine qui m'avait envoyé ici. Puis un des frères m'a dit :

"Si un tel geronda existe, il vit probablement dans la partie la plus éloignée de la Montagne Sainte, à Karulia. Monte sur la montagne, il est possible que tu y trouves ton geronda".

J'y suis allé. Pendant que je montais la montagne, je transpirais de partout, les pierres ont transpercé mes chaussures italiennes et j'étais si fatigué que j'ai cru mourir en chemin. Cependant, les moines m'ont tous dit :

"Vas-y, mon vieux, continue." 

Et enfin, quelqu'un m'a dit que j'y étais presque arrivé. Devant moi se trouvait une petite cellule avec une fenêtre à volet. Elle était entourée d'un mur de pierre, et la vue depuis la montagne était telle qu'elle aurait voulu pouvoir voler.

Il y avait une file de plusieurs moines à la cellule. Je voulais avancer, mais on m'a tiré en arrière et j'ai été forcé d'être derrière tout le monde. J'étais évêque et je n'avais pas l'habitude de faire la queue. Je me suis mis en colère, mais j'ai décidé de rester debout et d'attendre. Alors le gardien de cellule du geronda est sorti et m'a dit :

- De quoi as-tu besoin ?
- Je suis venu voir le geronda.
- Il est fatigué, il a parlé avec un frère toute la journée, maintenant il est allé se coucher. Tu ne peux pas le rencontrer aujourd'hui.
- Mais j'ai fait tout ce chemin, j'ai escaladé la montagne ! Qu'est-ce que je dois faire ?
- Reviens demain.
- Je n'ai nulle part où aller.
- Tout le monde dors par terre, tu vas te coucher et dormir.

Cette nuit-là, j'ai passé la nuit sur le sol. Je n'ai pas dormi de la nuit. Le matin est arrivé, le moine est sorti et m'a annoncé :

"Le geronda n'accepte personne aujourd'hui, il va prier".

Je ne pouvais pas croire ce que j'avais entendu, une autre journée perdue. Il m'a fallu tellement de temps pour arriver ici, je n'avais nulle part où aller, j'ai décidé d'attendre. J'ai passé cette journée sous un arbre, j'ai essayé de prier, mais je ne pensais qu'à la colère que j'avais contre le vieil homme.

Le lendemain matin, le moine est venu me voir et m'a dit :

"Tu es toujours là ? D'accord, tu as attendu patiemment, entre, le geronda va te parler."

Je suis entré, il m'a accueilli et m'a demandé :

- Qu'est-ce que tu veux ?
- Je veux être moine
- Pourquoi es-tu venu ici si tu veux être moine ?
Je lui ai raconté mon histoire, comment un certain saint m'a rendu visite à l'hôpital. Le vieil homme m'a demandé :
- Il y a combien de temps ?
- Il y a trente-deux ans.
- Es-tu fou ? Il est mort depuis longtemps ! Tu as dit toi-même - un petit, vieux, et trente-deux ans se sont déjà écoulés... ! Et puis, tu ne peux pas survivre ici.
- Pourquoi ?
- Parce que tu ne seras jamais capable de faire ce que je te dis. Que faisais-tu avant de venir ici ?
- Je suis évêque.
L'aîné a secoué la tête :
- Mon Dieu ! Dans la vie, il n'y a que de la part des femmes qu'il y a plus de tentations ! Sors d'ici.
- Je te le demande, aide-moi à devenir moine.
- Je te laisserai rester dans la cellule, mais à une seule condition.
- Je vais essayer.
- Non. Tu dois dire : Je vais le faire, geronda, parce que si tu dis : Je vais essayer, tu as déjà abandonné.
- Je vais le faire, geronda.
- Bien. Alors c'est ce que je veux. Je ne te permets de parler à personne, ni avec moi, ni avec ceux qui viennent à moi, avec personne ! Seulement quand je te demande de dire quelque chose, alors tu peux parler.

Il m'a donné l'obédience pour faire toutes les tâches ménagères. Le geronda recevait toujours des invités. Je préparais le thé, je faisais la vaisselle et j'écoutais. J'avais toujours envie de dire quelque chose quand il parlait aux invités. Un moine est venu et a raconté quelque chose : "Voici ce que Gregoire Palamas a dit..."  mais je savais bien que ce n'était pas Palamas qui avait dit ça ! Je voulais lui dire : "Idiot ! Ce n'est pas Palamas, c'est un autre saint qui l'a dit." Tout bouillonnait en moi, et ça a duré des années. Après un certain temps, je me suis calmé, je n'ai rien écouté, je lavais juste la vaisselle, je faisais ma prière et je servais le thé. Un matin, je suis venu voir le geronda pour commencer ma journée habituelle, mon obédience, et il m'a dit :

"Maintenant, tu peux parler." 

J'ai réfléchi et j'ai répondu :

"Je n'ai rien à dire." Il m'a dit :

"Mon enfant, quand tu es venu ici, tu n'avais déjà rien à dire, mais tu ne le savais pas. Quand tu as quitté le monde, tu as pensé que le monde entier avait besoin de toi. Maintenant, regarde, a-t-il encore besoin de toi ? Il n'avait pas besoin de toi auparavant. La seule chose dont nous avons besoin dans la vie, c'est Dieu."

Δεν υπάρχουν σχόλια: